IntendanceZone

Parce que l’intendance, c’est la zone !

Accueil > Méta-informations sur l’IZ > Malaise dans la profession des gestionnaires d’EPLE > Lettre d’un collectif de gestionnaires à leur recteur

Lettre d’un collectif de gestionnaires à leur recteur

lundi 4 février 2013, par L’intendant zonard

Initiative issue du terrain et parallèle à l’activité syndicale normale, les gestionnaires d’une académie [1] ont co-signé nombreux ce courrier, envoyé en janvier 2013 et qui a suscité la convocation par le secrétaire général d’une AG académique des gestionnaires en mars

Parallèlement à la relance de nos syndicats représentatifs sur les questions propres à notre métier, ou encore à la question posée au gouvernement par un député, il est permis d’espérer que notre toute petite voix se fasse un peu entendre, avant qu’on se fâche vraiment tout rouge.

M. le recteur,

Nous souhaitons attirer votre bienveillante attention sur le malaise professionnel ressenti de plus en plus fortement par un nombre croissant d’adjoints gestionnaires de notre académie. Nous partageons le sentiment profond de ne pas être reconnus dans nos fonctions, nos responsabilités et nos compétences malgré l’investissement très important de chacun d’entre nous au service des usagers de nos établissements : dépit, découragement et syndrome dépressif sont devenus le lot quotidien de beaucoup d’entre nous.

Vous savez qu’il n’existe pas de représentation syndicale spécifiquement attachée à nos fonctions : c’est pourquoi nous avons choisi de nous adresser directement à vous par le biais de ce collectif s’exprimant au nom de 134 adjoints gestionnaires [2] ayant formellement adhéré à la présente démarche. Nous en tenons la liste à votre disposition à toutes fins de vérification de notre représentativité.

Afin d’éviter certaines redondances, nous vous invitons à bien vouloir prendre connaissance des documents joints [3] : sachez, M. le recteur, que nous n’avions apprécié la réponse des services rectoraux ni dans sa forme, ni sur son fond : l’année qui vient de s’écouler a d’ailleurs confirmé toute l’inconsistance que nous lui avions prêté d’emblée.

Les éléments exposés dans notre lettre ouverte de l’an passé sont toujours et plus que jamais d’actualité en cette période de RCBC, réforme ayant généré une surcharge de travail uniquement supportée par les adjoints gestionnaires, même si, le moment venu, les chefs d’établissements sauront recevoir les honneurs liés à la mise en place réussie de cette réforme.

Aujourd’hui, les adjoints gestionnaires croulent sous le travail et sont pour beaucoup condamnés à utiliser de nombreuses heures de leur temps personnel, au détriment de leur vie de famille, pour pouvoir remplir leurs missions qui, au gré de l’émergence de nouvelles réglementations, deviennent de plus en plus nombreuses et complexes. De plus, cet accroissement de notre charge de travail s’opère dans un contexte de diminution des moyens que les intendances sont les premières à subir au sein des EPLE. Nous effectuons pour beaucoup un grand nombre d’heures supplémentaires mais il n’existe pas d’HSE pour nous : cette situation ne peut plus durer, le bénévolat au service de nos EPLE ayant atteint et même dépassé ses limites ! La proportion d’adjoints gestionnaires qui ont fait le choix de se limiter désormais scrupuleusement à leur statut en terme de temps de travail grandit : ceux-là, ainsi que vos services l’ont déjà constaté, n’ont plus le temps de répondre aux enquêtes exigées de toute part.

Soyez convaincu, M. le recteur, qu’il n’est nullement question de laxisme en l’occurrence et comprenez bien que les pressions exercées à notre encontre sont assimilées par les plus sensibles d’entre nous à du harcèlement professionnel. Beaucoup n’ont aujourd’hui plus d’autre choix que de hiérarchiser leurs tâches selon le degré de responsabilité qu’elles requièrent : sécurité, sécurité alimentaire et tenue de la comptabilité sont incontournables ; tout le reste est secondaire.

L’évolution de l’été 2011 nous intégrant officiellement dans l’équipe de direction de l’EPLE en tant qu’adjoint gestionnaire avait fait naître un espoir, hélas vite déçu compte tenu de l’absence de reconnaissance concrète de l’importance de notre travail. En terme de référentiel "métiers", nous exerçons au bas mot quatre métiers différents : s’il était encore besoin de le démontrer, les quelques 250 pages du vade-mecum de nos fonctions rédigé à l’échelon central en 2011 suffisent à couper court à toute contestation sur ce point. Pourtant, en matière de PFR, la cotation de nos postes demeure totalement injuste et démotivante car inadaptée tant en terme de référentiel "métiers" qu’au regard de nos responsabilités :

En effet, quelle autre fonction au sein de l’AENES peut mener son titulaire devant une juridiction pénale, pour un problème de sécurité ou de sécurité alimentaire par exemple ? AUCUNE ! Quelle autre fonction au sein de l’AENES peut rendre son titulaire responsable sur ses propres deniers en matière de comptabilité quand bien même aucune disparition de deniers publics ne serait survenue ? AUCUNE !

Par ailleurs, pourquoi sommes nous les seuls au sein des EPLE à subir un régime indemnitaire impacté par l’attribution d’un logement de fonction et l’obligation absolue de l’occuper qui en résulte ?

- Est-ce le cas pour l’autre adjoint du chef d’établissement lorsqu’il est logé ? NON !
- Est-ce le cas pour le CPE logé ? NON !
- Pour l’infirmière logée ? NON !
- Pour les personnels ouvriers logés ? NON !

Cette situation n’est conforme ni à l’esprit du législateur, ni à la volonté du ministre de l’Éducation Nationale exprimée lors de la mise en place de la PFR
 [4] La lettre de notre ministre accompagnant la diffusion du vade-mecum de l’adjoint gestionnaire, nous désignant comme les adjoints du chef d’établissement et rappelant l’importance de nos missions, devait représenter le point de départ d’une réforme en profondeur conduisant à une cotation plus juste de nos emplois : c’est tout le contraire que nous subissons aujourd’hui

Nous n’acceptons plus les conditions dans lesquelles nous exerçons notre métier et nous avons absolument besoin que le régime indemnitaire qui nous est alloué traduise nos responsabilités, notre investissement et nos compétences. Dans quelle structure publique, semi-publique ou privée trouve-t-on un membre de l’équipe de direction moins bien payé que la plupart des employés de ladite structure ? Moins bien payé qu’une partie des personnels ouvriers qu’il encadre ? On ne trouve cela nulle part, nulle part sauf dans tous les EPLE ayant un adjoint gestionnaire SAENES et dans une partie de ceux où ce poste est occupé par un attaché !

Devons nous dès lors nous convaincre que nous sommes simplement pris pour des bêtes de somme dont les fonctions sont sous-estimées et déconsidérées car elles ne semblent jouir à vos yeux ni de la noblesse que confèrent celles qualifiées de pédagogiques, ni du respect que confèrent celles occupées par les personnels ouvriers décentralisés que nous encadrons ?

Soyez informé, M. le recteur, que nous craignons fort que la déception, la frustration et la fatigue morale durement ressenties ne génèrent bientôt une situation fâcheuse dans nombre d’EPLE. Nous ne tiendrons plus longtemps dans ces conditions, notre santé est en jeu. C’est pourquoi il est indispensable que vous receviez très rapidement nos représentants, dont les coordonnées figurent à la fin du présent courrier, que vous nous écoutiez et surtout que vous nous entendiez.

Nous vous remercions de l’intérêt particulier que vous porterez à cet appel et nous vous prions d’accepter, M. le recteur, nos plus respectueuses salutations.


[1une académie qui n’était pas citée ici pour laisser au recteur concerné toute latitude de répondre suivant sa politique locale et sans s’inquiéter de faire jurisprudence nationale

[2soit 50 % des gestionnaires de cette académie

[3-# Lettre ouverte du collectif transmise à votre prédécesseur le 30 novembre 2011

  1. Second courrier du 31 janvier 2012 suite à l’absence de réponse de votre prédécesseur
  2. Réponse de votre prédécesseur en date du 10 février 2012

[4- Décret 2008-1533 du 22 décembre 2008 du Premier Ministre, relatif à la PFR des fonctionnaires de la filière administrative.
- Circulaire n° 2009-122 du 23 juillet 2009 du Ministre de l’Éducation nationale.

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.