Accueil > Gestion pure et dure > Gestion des bâtiments > Plus dure à combattre que la bêtise en EPLE : la renouée du Japon

Plus dure à combattre que la bêtise en EPLE : la renouée du Japon

mercredi 6 juillet 2022, par L’intendant zonard

Après mon article sur Ailanthus altissima, continuons à découvrir ces plantes qu’on n’a pas envie d’avoir dans les espaces verts de l’établissement. La renouée du Japon mérite la palme du machin dont on n’arrive pas à se débarrasser, il fallait en parler.

A priori cette plante n’est pas abominable : pas laide, pas toxique, la renouée n’a qu’un défaut, et pas des moindres : elle bouffe tout l’espace, et là où elle s’installe, plus rien d’autre ne pousse.

Infestation dans mon bahut

Sa reproduction peut se faire par les graines, mais c’est avant tout par ses racines traçantes que la plante se déploie. Une énorme biomasse souterraine, parfois très profonde, est toujours prête à faire rejaillir des pousses, qui grandiront à une vitesse effarante. Et un fragment de 7 grammes de cette racine est suffisant pour permettre à la plante de repartir.

"L’un des cent pires envahisseurs sur la planète"

Une fois installée, la renouée du Japon lance de grandes tiges creuses pouvant évoquer certains bambous, dépassant deux mètres de hauteur. Un buisson de renouée fait facilement quatre mètres de large, sans parler du scénario d’une infestation généralisée sur des centaines de mètres. J’ai vu une vallée des Pyrénées complètement bouffée, on ne pouvait plus voir la rivière derrière le buisson permanent de renouée sur ses deux rives.

Regardez sur ce site québecois, les images sont parlantes, je ne vous en mets qu’une ici :

Ces racines traçantes ont une capacité incroyable à s’installer sous des dalles de béton, à percer l’asphalte, à bouffer des fondations. Un gestionnaire d’EPLE ne peut pas envisager de laisser se développer un truc pareil dans sa baraque !

Les erreurs à ne surtout pas faire

Une fois qu’on n’envisage plus de s’en moquer et de laisser faire, il reste des bêtises presque plus graves, auxquelles vous devrez probablement former vos équipes.

  • composter de la renouée : même pas en rêve ! Cette plante bouture comme une dingue, et tout ce qui pourrait être coupé ou retiré devra impérativement être envoyé à l’incinération.
  • passer la tondeuse sur des espaces où la plante a commencé à s’installer, sauf à mettre la totalité de la tonte à l’incinération (il est à peu près raisonnable de le faire mais après avoir arraché les pousses de renouée avec soin et attention)
  • si l’on sait avoir de la renouée sur le site, il devient essentiel de réfléchir à deux fois avant de déplacer de la terre d’un endroit à l’autre, au risque de contribuer à la dissémination
  • même si le plus grave de la dissémination se fait par les racines, au moins intervenez par une coupe avant que la plante ne fructifie et envoie des graines partout ; de toutes manières les parties aériennes sècheront à l’hiver et n’auront guère d’intérêt paysager

Élimination de la plante ?

Franchement, c’est à se demander si c’est possible. Arracher le rhizome semble impossible, tant il est important et se développe notamment en profondeur, et que le fait d’en laisser un fragment suffit à permettre un redémarrage de l’infestation. Quand la santé des constructions est en jeu, bien souvent on en est réduit à sortir la totalité de la terre à la pelleteuse, pour la traiter comme déchets spéciaux.

En fait il semble envisageable d’épuiser la plante, en arrachant systématiquement toutes les pousses sortant du réseau racinaire. Si l’on arrive tard, quand la racine a accumulé des réserves, la bataille sera très longue. Cette année dans mon établissement, je passe 10 minutes, cinq jours par semaine, à extirper tout ce que je vois. D’un jour à l’autre j’enlève des pousses de plus de dix centimètres qui n’y étaient pas la veille, c’est l’angoisse.

La renouée n’est pas toxique, au Japon il y a même des recettes pour en accommoder les pousses, que je trouve ressemblant à des asperges. Mais bien souvent en Europe elle se plaît dans des sols pollués, et concentre les métaux lourds, mieux vaut d’abstenir de la consommer. En prenant donc des précautions s’il y a un projet de consommation laitière, des chèvres seraient à même de fortement gêner la renouée en la broutant avec plus de vigueur et de régularité qu’un lapin mutant (qui doit quand même passer un peu de temps chaque jour aussi devant GFC etc.).

Le désherbant est une tentation, mais ces produits sont dangereux et globalement interdits. Il y en a un qui ne n’est pas encore, mais dont le caractère éradicateur fait trembler : l’eau bouillante. Et pire encore, pour un espace qui n’est pas supposé être vivant (asphalte en train de se faire trouer, dalles de béton...) : en y ajoutant du gros sel.

Proposition de protocole de lutte

  1. informer tous les personnels de l’établissement du problème, en vue que le combat devienne collectif
  2. faucher ce qui est important en volume, déjà en végétation ou cannes sèches de la précédente saison, en le mettant bien aux déchets promis à l’incinération
  3. former un maximum de volontaires à reconnaître la plante (notamment les profs de SVT qui seront de bons relais), avec pour consigne de systématiquement arracher toute pousse qu’ils verraient, toujours en jetant à la poubelle
  4. envisager très sérieusement de renforcer le maillage en poubelles d’extérieur en vue de la lutte contre la renouée, si justement c’est toute une équipe qui au quotidien fait un petit geste régulier d’élimination
  5. tenter de tuer à l’eau bouillante les plus gros pieds, pour les extirper à la bêche quelques semaines plus tard
  6. tuer au gros sel + eau bouillante dans les quelques endroits où il est vraiment inacceptable d’avoir une telle présence et où l’on renonce à toute vie végétale
  7. tenter d’avoir un ou des volontaires pour faire un minimum d’élimination en juillet et août et ne pas laisser la bête se refaire
  8. tenter d’installer une concurrence, d’autres végétaux qu’on favorisera dans la compétition avec la renouée, car tuer une plante qu’on ne veut pas c’est une chose, mais laisser un désert après son passage n’est pas une option.

Aucune de ces actions n’est suffisante, mais un travail régulier et un effort collectif permettent d’espérer, à l’échelle des espaces verts d’un EPLE (pas un qui a un parc de 30 ha, hein !), éradiquer la vilaine chose en trois ans peut-être.

Au début, ça paraîtra peut-être étrange à certains d’arracher cette plante en ne regardant même plus les chardons, les orties ou le liseron qui s’installent partout : ces plantes-là sont des enquiquinements qu’on peut largement tolérer. Mais le massacre écologique d’une infestation des milieux par la renouée, notamment autour des cours d’eau, est tel qu’on ne peut pas prendre la responsabilité de ne pas agir sur son propre terrain.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.