IntendanceZone

Parce que l’intendance, c’est la zone !

72 visiteurs en ce moment

Accueil > Informatique, outils logiciels > Logiciels > LibreOffice, suite bureautique complète

LibreOffice, suite bureautique complète

mercredi 7 septembre 2011, par L’intendant zonard

J’y suis accro depuis plus de quinze ans, et j’ai donc déjà fait économiser plusieurs milliers d’euros à mes établissements successifs en l’adoptant.

Appelé initialement StarOffice, OpenOffice.org de 2000 à 2011, et maintenant LibreOffice, trois noms pour le même projet, en allant toujours plus loin.

  • [version "Evolution" en septembre 2016 : [5.2.1.2]
  • [version "Stable" (mieux garantie encore contre les bugs) en septembre 2016 : 5.1.5.2]

Cette suite bureautique complète est extrêmement performante, je l’ai adoptée au bureau comme à la maison (sous Linux, à la maison, forcément). Elle n’est absolument pas plus difficile à utiliser que MS Office®, il y a quelques détails qui changent dans l’ergonomie par défaut, on peut d’ailleurs souvent les régler pour les faire coller à vos habitudes.

A l’été 2011, suite au rachat de l’entreprise qui assure la tutelle d’OpenOffice.org, la communauté des développeurs du logiciel a décidé de créer une fondation à but non lucratif complètement indépendante. Ca a visiblement donné un bon coup de fouet au travail sur le logiciel, et avec la version 3.6 de LibreOffice disponible à l’été 2012, version 4 en 204 et 5 en 2015, le logiciel s’améliore tant par ses fonctions que par la légèreté et l’efficacité de son code. Alors, combien de temps attendrez-vous encore pour l’adopter ?

Remplace avantageusement Word®, Excel® ET Powerpoint®, dont elle accepte tous les fichiers, y compris des dernières versions (que vous ne pouvez pas lire avec votre version de 1997 par exemple). Le transfert de données de M$ à LibreOffice est remarquable et n’exige que de manière résiduelle de retoucher les fichiers (cas typique de la page archi-pleine qui débordera peut-être d’une ligne sur la page suivante).

Un module de base de données existe aussi, il a beaucoup progressé avec la version 2.3.1 de fin 2007, et plus encore avec le passage à LibreOffice en 2011 ; j’ai l’espoir de vous indiquer ici plus tard des tutoriaux pour l’utiliser dans nos intendances.

Le petit défaut pénible avec la virgule du tabeur a disparu depuis la version 2 à l’été 2005.

Depuis toujours, LibreOffice peut exporter au format PDF toutes ses productions, de manière native et sans devoir recourir à un bricolage tel que PDFCreator. Un correcteur d’orthographe, un dictionnaire des synonymes et un outil de coupure des mots en fin de ligne sont proposés, en français et un paquet d’autres langues (pensez-y pour vos cours de langues).

Au fait, c’est en français bien sûr. Mais en 80 autres langues aussi : bon à signaler pour vos profs de langues.

Exigences matérielles

LibreOffice n’a pas la réputation d’un logiciel très rapide : en effet, il peut se montrer long au démarrage. Mais au démarrage seulement, et si vous n’activez pas le pré-chargement du logiciel. Car il faut savoir que MS Office se pré-charge sur votre machine à chaque démarrage de Windows, que vous le vouliez ou non, encombrant la mémoire de la bécane en permanence. Et même après ça, et bien ce que je constate n’est pas brillant.

Donc si l’on fait fi du temps de démarrage, après le logiciel tourne très bien, y compris sur des machines franchement dépassées : qui en 2015 utilise encore un PC qui n’a que 512 Mo de mémoire vive ? Qui utilise encore une machine avec un Pentium III datant du XXe siècle ? Des gens sous Linux, probablement, mais justement ils peuvent utiliser LibreOffice avec, ça marche !

Bref, n’importe quel PC en usage de nos jours peut exploiter LibreOffice, la question ne se pose plus.

Des ressources complémentaires

Il existe un grand nombre de petits outils complémentaires pour des usages particuliers, par exemple celui qui transforme automatiquement les chiffres en lettres, ou le correcteur de grammaire.

Pour en savoir plus : l’association La Mouette participe à des salons, organise des rencontres autour des logiciels bureautiques libres.

Une ressource intéressante de vulgarisation sur LibreOffice sur le site d’une université : http://www2.ac-lyon.fr/serv_ress/mission_tice/wiki/libreoffice

Un tutoriel pour l’utilisation du module Impress de présentation assistée par ordinateur ("pauvre-point") : http://numericoach.net/?LibreOffice-presentation-en-vue-des

Ce qu’il faut penser de la concurrence ?

Un article particulièrement saignant par un écrivain américain :
http://www.linuxedu.org/pourquoi-microsoft-word-doit-mourir/#comment-8022 Je souscris à 100 %.

Le monopole de fait de la suite MSOffice ® se nourrit du piratage, condition indispensable à la généralisation de ce logiciel mal foutu, et par extension du système sur lequel il est supposé pouvoir fonctionner. Refusez toute compromission, sur quelque machine que ce soit, avec le "contrat de licence" de Microsoft : soit vous vivrez un enfer, soit vous aboutirez tout naturellement à un logiciel libre comme LibreOffice !

Vous me direz : il y a des réductions tarifaires pour le secteur de l’éducation. Voici ce que j’en pense : www.linuxedu.org/piege-des-licences-gratuites-de-microsoft-exemple-au-quebec/ Voir aussi tout ce qui se discute sur le partenariat félon entre le MEN et cet éditeur aux pratiques sordides.


Voir en ligne : Libre Office, suite bureautique

Messages

  • Impossible d’ouvrir les fichiers sxc . Lorsque vous transmettez des documenst à des collègues en sxc , ils ne peuvent par les utiliser sans télécharger open office, c’est bien ça ?

    Cordialement

    • Oui, c’est exactement ça, je suis un intégriste du Logiciel Libre qui cherche à obliger de malheureux petits zintendants à découvrir OOo contre leur plein gré.

      Comme c’est ça ou être un odieux collabo du standard de fait qui organise un racket à l’échelle planétaire sur le traitement de texte...

    • Argh !!!! Linuxiens convaincu et openofficophile de longue date, je suis secrétaire d’intendance et plutôt que de m’arracher les cheveux avec ce ù^*$ d’excel je m’étais dit "tiens, et si j’installais openoffice sur mon poste ?"

      Grand mal m’en a pris puisque si l’intendance est pro-oOo, les logiciels le sont moins ! J’ai donc découvert que Turboself ne supportait pas l’installation de ma suite préférée qu’il confondait avec office xp pour la base de donnée. Et hop le beau plantage !

      A quand des appli EN compatible avec autre chose que du microsoft ???? Parce que là c’est lourd !

      PS : Ce site est une bible

    • j’ai sur mon PC tous les softs openoffice et TURBO-Self dans toutes ses versions et tout va pour le mieux - appelez-les, ils sont charmant !!!

    • Le problème qui vous est arrivé est simple : à la première installation d’OOo, le logiciel demande si l’on veut qu’OpenOffice soit appelé pour ouvrir tout document au format MS Word, MS Excel, etc. Dans votre cas, il suffit de ne pas avoir sélectionné les documents d’Access, pour éviter que Turbo-Self se mette en colère.

      Ce réglage peut se faire aussi après, mais c’est plus compliqué. Dans l’explorateur Windows, demander le menu Outils, options des dossiers, et dans la fenêtre qui s’affiche, les "types de fichiers". Ensuite, il faut trouver le type de fichier dont on souhaite modifier le comportement, et il y en a une sacrée pelletée !

      PS je ne suis pas Dieu, mais merci quand même.

  • Merci de relayer cette présentation que j’avais faite pour présenter les points forts de la suite LibreOffice et qui ne se veut pas un tutoriel d’Impress.

    On trouvera cela dit quelques tutoriels sur Impress ici :
    http://dutailly.net/category/bureautique/impress/

    Et des guides et dépliants sur la suite LibreOffice notamment ici :
    http://numericoach.net/?-Editions-

    Quels que soient les défauts de LibreOffice sur lesquels je peste, il y a bien une chose absolument sûre : le traitement de texte est nettement plus puissant, fiable et adapté aux exigences de l’écriture numérique que l’est Word. Par ailleurs Impress est devenu tout à fait efficace. En fait, sa gestion des styles lui permet une souplesse et une fiabilité de mise en forme que ne permet pas Powerpoint.