19 visiteurs en ce moment

IntendanceZone

Parce que l’intendance, c’est la zone !

Accueil > Méta-informations sur l’IZ > Le forum des gestionnaires > Fermeture du forum : suite et perspectives

Fermeture du forum : suite et perspectives

dimanche 9 décembre 2012, par L’intendant zonard

Bernard Blanc a modifié quelque peu le sinistre message qui remplace depuis vendredi midi les quelques 400 000 messages échangés entre des milliers de gestionnaires depuis 2006 sur le forum adopté par la profession.

Depuis, l’Internet, un peu la Zone mais pas seulement, bruisse du scandale de cette fermeture. Une petite mise au point avant de reprendre la semaine.

Le nouveau message de Bernard

Les messages liés à la souffrance au travail ont conduit à une intervention directe de ma hiérarchie qui m’a alerté sur les risques que je prenais en tant que responsable de ce forum, aussi bien comme personne privée que comme fonctionnaire. Soyons clairs : on ne m’a rien demandé. J’ai pris seul la décision de suspendre provisoirement l’accès à ce forum. Sous le coup de la fatigue et de la désillusion cela m’a paru le seul moyen de prendre le temps de la réflexion sur la réponse à apporter.

Je remercie les dizaines de témoignages de soutien reçus. Je demande aux collègues de garder le sens de la mesure. J’ai toujours dit que ce forum n’était pas ma propriété, mais qu’il appartenait à ses membres. Il continuera avec ou sans moi ; c’est une décision que je dois prendre avec les membres de l’équipe qui en assure la gestion. La fermeture éventuelle du site, totalement autonome et distinct de ce forum, est une décision qui m’appartient en propre et que je n’envisage pas dans l’immédiat.

Toute mon action depuis des années a été d’apporter aide et soutien aux collègues ; je n’aurais pas envisagé un seul instant que la seule marque d’intérêt de l’institution que je recevrais pour mon travail serait celle-ci. Il me faut le temps de digérer tout cela dans une période où, comme pour la grande majorité d’entre vous, mon état de fatigue risque de d’altérer mon jugement. Merci de patienter le temps de la réouverture du forum.

Bernard BLANC

Dont acte : la hiérarchie s’est contentée de dire à Bernard qu’il prenait "des risques" en administrant ce forum. Inutile de se le cacher, chacun traduira : des menaces à peine voilées.

La révolte gronde

Je lèverai donc le voile sur la menace qui pèse aujourd’hui sur la hiérarchie : l’ensemble des collègues sont raides furieux. L’expression telle qu’on peut la lire sur le seul espace public d’expression momentanément disponible, les commentaires de mon article annonçant la fermeture du forum, est restée remarquablement mesurée.

Dans le privé des échanges par courriel, il en va tout autrement. Il me semble sage d’en parler ici, que personne ne dise qu’il ne se passe rien, que tout va bien que ces andouilles de gestionnaires vont une fois de plus se laisser marcher sur les pieds, puis les genoux, puis ce que la décence m’interdit de nommer ici.

L’insatisfaction, et c’est une litote, porte très généralement sur l’attitude de la hiérarchie à notre égard. Les "cadres qui doivent s’adapter" n’arrivent plus à s’adapter au mépris confirmé et général qu’on leur réserve. Elle vise aussi les syndicats dont beaucoup de collègues pensent qu’ils ne les défendront pas quand ça ira mal.

La souffrance au travail : c’est pas fini

Le sujet qui a soulevé la tempête ne sera certainement pas enterré. Et je dirais même plus, il risque de faire de plus en plus de bruit, jusqu’à ce que des progrès décisifs aient été obtenus.

Les témoignages accumulés ne sont qu’une émergence de la masse accablante, un reflet indistinct de l’épuisement de milliers de fonctionnaires démotivés et sans autre espoir que de parvenir à s’enfuir dans n’importe quel autre poste, n’importe quel autre ministère ou administration, avant de faire partie des prochains à s’effondrer dans la dépression, à voir leur famille les quitter.

Personne ne semblait avoir compris que beaucoup, et sans doute beaucoup trop de gestionnaires, tiennent à faire correctement leur travail. Pour un fonctionnaire, faire le boulot, c’est une fierté, c’est pouvoir dire zut à la masse des imbéciles qui nous considère comme des parasites. Sauf que, dans ce métier, faire le travail, ce n’est pas à la portée d’un être humain, et peut-être même pas de plusieurs.

Les témoignages, donc, vont continuer à apparaître, nauséeux et choquants, et surtout feront l’objet d’une diffusion active de la part de très nombreux collègues que la censure du forum a remobilisés, scandalisés, et déterminés à ce que les choses changent enfin. Ceux qui ne veulent pas en entendre parler auront les oreilles qui chauffent à faire fondre leurs boules Quiès.

Et la presse, dans tout ça ?

Nous étions quelques uns à songer, comme recours en cas de surdité persistante de nos représentants et de notre employeur. Nous y avons tous pensé vendredi, sûrs que dévoiler au grand public l’odieuse censure dont nous faisions l’objet résonnerait facilement à travers tout l’Internet.

Tous semblent cependant s’être abstenus, le scandale est resté limité au milieu de l’EN. En effet, pour tous la priorité aura été de soutenir Bernard Blanc, et de s’abstenir de toute initiative pouvant lui attirer des désagréments supplémentaires. Nous avons décidément été très sages.

Pour l’instant.

Messages

  • Cher Lapin Rubicon.
    Quelles suites seront données ? Nos "syndicats" ont ils réagis ? Celui des personnels de direction ?
    Je pense que l’exaspération et la révolte consécutives àla suspension du forum vont rester lettre-morte malgré toute la volonté affichée de ne pas laisser passer "ce coup là".
    Moi qui suis un optimiste presque indécrottable, en la matière, le réalisme l’emporte. Je pense qu’il ne se passera rien. Le forum va sans doute réouvrir, peut-être sans son fondateur, avec les administrateurs historiques et ce sera tant mieux.
    Ensuite ? J’ose surtout espérer que Bernard n’aura àsubir aucune conséquence de ce qui n’a jamais été qu’on colossal et formidable outil de travail.
    Si nous crions suffisamment fort, peut être aurons nous le droit àce qu’une Commission ad hoc soit créée pour étudier notre cas de plus près. On écoutera poliment ses conclusions tout en sachant pertinemment qu’elles seront rangées dans un placard au pire, au mieux qu’elles donneront naissance àun texte, sans doute aussi vide de sens et de conséquences que celui sur "l’adjoint gestionnaire".
    Moi qui adore ce métier, je cherche déjààpartir.
    La suite au prochain épisode......

  • OK, dans l’immédiat on protège Nanard, il ne mérite pas que d’aucuns lui cherchent des noises, surtout de la part des même qui le glorifiaient il y a peu.

  • Je suis une ancienne de l’IRA de Bastia. Je n’ai jamais occupé de poste de gestionnaire, mais il m’arrive de temps àautre de jeter un oeil àce forum par curiosité. J’y trouve parfois des infos utiles àmon métier, ou des données qui concernent tous les attachés. (nous sommes très peu nombreux dans le ministère dans lequel je travaille, et je n’ai aucune info par le biais de mon administration)
    J’ai d’ailleurs souvent regretté qu’il n’existe rien de similaire pour mon métier.

    J’ai appris par hasard la fermeture du forum et je suis vraiment choquée. Je devine àquel point cette communauté peut être précieuse pour les collègues gestionnaire, souvent isolés dans leur établissement.

    Tout mon soutien

  • A mon sens, nous devons bien séparer 3 choses pour ce qui concerne les suites àdonner :
    - le soutien ànotre collègue qui se trouve bien mal récompensé pour la somme énorme de travail bénévole accompli depuis plusieurs années, et surtout veiller àce que cet épisode ne nuise en aucun cas àsa carrière (et àsa santé),
    - l’évolution / réouverture ou non du forum, mais c’est plutôt entre les mains de M. Blanc et des administrateurs du forum,
    - notre réaction collective àtout cela, qui pourrait d’ailleurs être élargie par le biais d’un "grand livre des soucis des gestionnaires et ac" et la façon de porter cette réaction : via nos syndicats, quitte àles (ré)investir massivement, via un nouveau syndicat, un collectif, une association ?
    Je crois nécessaire de ne pas en rester là, mais en séparant bien tout cela, afin de ne pas nuire ànotre collègue.

  • "Elle vise aussi les syndicats dont beaucoup de collègues pensent qu’ils ne les défendront pas quand ça ira mal"
    Peut-être cette méfiance àl’encontre des syndicats est-elle due au fait que ça va DEJA mal, et qu’elles ne font RIEN - rien de bien visible et de bien déterminant en tout cas...

    Je préconise également d’attendre la suite. D’en savoir un peu plus. Sur ce que Nanard s’est entendu dire, ce que les admins décideront, histoire de pas les mettre en porte àfaux.
    Mais en dehors de cette avanie forumesque, il faudra bien réagir. Ce mauvais moment autour du fofo montre, par les réactions, que la profession est àbout. Professionnellement, mais aussi mentalement et physiquement. Il y a trop de souffrance parmi nous pour tolérer que cela perdure encore longtemps.
    Il va nous falloir très sérieusement envisager de prendre la mesure de notre potentiel de nuisance et, sans réponse ad hoc de nos tauliers, leur montrer comment ces négligeables petits intendants de province peuvent être casse-noix quand ils font tout de traviole ou ne font pas.
    Avec nos syndicats, ça serait mieux - et c’est leur rôle historique, pour reprendre un concept syndical -, sans eux, s’ils continuent àfaire de la mollesse revendicative l’axe central de leur activisme.

  • réouverture mardi : info ou intox ?
    et qui aux manettes ?

  • Peut-être le forum réouvrira-t-il ses portes mardi, mais en tout état de cause, je l’imagine déjàapuré des épanchements des collègues en détresse. Comme si supprimer les innombrables messages de professionnels en souffrance suffisait àéradiquer cette souffrance... Si le forum se trouve demain avoir été "nettoyé", il faudra vraiment làs’interroger sur la nature du message qui nous est destiné.

  • Bonjour àtous,

    Déjàun immense bravo au site gestionnaire03, car àma prise de fonction sans ce site, je pense sincèrement qu’il y a bien longtemps que je me serai noyé sous la masse d’informations, de pressions et j’en passe. Parler de la souffrance qui est un vrai fléau dans notre métier, ne doit pas servir de prétexte àcertain pour essayer de sanctionner une personne très honnête. Courage ànotre collègue, et on est de tout coeur avec lui.

  • Pour faire suite aux différentes réactions ici postées, j’aimerai beaucoup savoir si les syndicats ont un commentaire àfaire.

    • Parmi les réactions sur l’autre fil, il s’en trouve une émanant d’un collègue syndicaliste parlant es qualités. Sa modération et sa compréhension sont méritoires, je veux croire qu’il y a de nombreux syndicalistes qui ont la même opinion que nous. Moi, par exemple. :langue : (zut, y pas de frimousses dans mon site !)

      Pour répondre àRacadoince, je ne crois pas moi que le forum sera "apuré". Peut-être tout au plus le fil sur la souffrance au travail serait-il renvoyé aux seuls inscrits.

      De toutes manières, les compilations de témoignages tournent déjà, et elles ne sont pas publiées ici sur l’IZ que parce que j’attends la réouverture imminente du forum pour soumettre cette idée : je ne veux pas sans précautions rapatrier sur l’IZ des choses qui ont été faites et sont légitimes ailleurs.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.