IntendanceZone

Parce que l’intendance, c’est la zone !

78 visiteurs en ce moment

Accueil > Informatique, outils logiciels > [màj juin 2018] La vidéocapture d’écran (screencast) pour la démonstration à (...)

[màj juin 2018] La vidéocapture d’écran (screencast) pour la démonstration à distance

vendredi 15 juin 2018, par L’intendant zonard

Notre profession se plaint, de manière bien fondée, de l’indigence de sa formation initiale continue (thème central de l’AG d’Espac’EPLE le 21 juin 2013). Parmi les pistes que notre ministère privilégie pour améliorer la situation présente, il y a l’enseignement à distance à l’aide des NTIC. Certes, mais comment faire ?

Les limites de la formation à distance

Je m’empresse d’en parler en préliminaire, car ce mode de diffusion du savoir ne répond qu’à une toute partie des enjeux. De manière raisonnable, il ne peut s’agir que de la transmission de techniques et savoirs-faire, alors que l’essentiel des difficultés que rencontrent les gestionnaires sont d’abord dans le savoir-être, et dans leur isolement persistant dans un environnement professionnel où ils sont presque toujours considérés comme des empêcheurs de tourner en rond et/ou des inutiles de service.

Rien ne pourra donc remplacer la rencontre entre collègues, mixant les publics (catégories A et B, vieux de la vieille et jeûnots de la dernière averse, comptables et gestionnaires "matériels", ruraux, urbains et zonards...). Et une bonne séance de plaignothérapie pour tenir bon en rentrant sur les lieux du crime.

Ceci étant rappelé, il semble utile que lorsque des gestionnaires quittent leur établissement-où-ils-sont-indispensables pour se réunir en session de formation, autant que cela ne soit pas chacun devant un écran, n’est-ce pas ?

Il y a donc bien des besoins qui peuvent être remplis par les nouvelles technologies, et l’on aurait bien de l’intérêt à réserver les formations présencielles à ce qui s’échange les yeux dans les yeux, et ne plus courir après une salle de formation équipée de PC vieux de 12 ans pour tomber de toutes manières en formation sur une application en réseau le jour où celle-ci est en maintenance et indisponible (bien sûr que je parle d’expérience !)

On faisait déjà de la formation à distance, non ?

J’ai déjà participé à des tentatives de classe virtuelle. C’est bien gentil, mais dans les faits ça foire toujours. Sauf à imaginer que cela devienne une habitude bien ancrée, ces sessions de formation via l’écran ne marchent pas bien. Les causes ?

  • il faut installer tout un tas de logiciels de contrôle à distance, etc, ça prend du temps quand ça marche, et rares sont les stagiaires qui prennent concrètement la précaution de s’y mettre à l’avance pour que tout fonctionne à l’heure dite
  • nous n’avons pas si souvent accès à un casque avec micro pour échanger du son, là encore quand ça marche, parce que c’est jamais vraiment gagné, avec les postes hétérogènes et souvent fatigués avec lesquels nous devons travailler
  • j’ai donc pu observer que, dans les faits, les problèmes techniques s’ajoutant au caractère des gens, les classes virtuelles n’ont rien d’interactif, ce qui les rend barbantes au possible
  • parce que pour l’enseignant à distance aussi, c’est difficile à faire : il faut à la fois assurer le cours, et constamment s’inquiéter de la bonne marche de l’outil, qui ne va pas de soi
  • parce que c’est quelque chose de synchrone, il faut qu’on y soit tous en même temps, et donc on risque fort d’être dérangé par l’annonce de l’irruption des services vétérinaires en cuisine, la livraison de nouvelle autolaveuse, le rendez-vous de 11 h 30 qu’on n’attendait plus qui se pointe à 14 h 45, ou le papier d’accident de travail de Ginette qui a glissé dans le vomi d’un élève au 3e étage qui doit absolument partir au courrier de cet après-midi (la déclaration d’AT, pas Ginette qui est alitée depuis deux jours).

Ces critiques valent au moins aussi longtemps que cette technique ne sera pas passée dans les faits. Mais ça risque de prendre pas mal de temps, tellement les expérimentations sont espacées dans le temps... et se passent médiocrement !

Alors je pense que le screencast, qui renonce à l’interactivité et n’est au fond qu’un petit film vidéo, est un moyen intéressant d’introduire l’acquisition de savoirs à l’écran, peut-être pour qu’à moyen terme le passage à la classe virtuelle soit plus naturel et efficient.

Concrètement comment ça marche ?

J’ai à ce jour une courte expérience avec logiciel en ligne gratuit, http://www.screencast-o-matic.com dont l’usage m’a convaincu (testé sous Windows 7 au bural, avec une machine raisonnablement récente et en bon état). Au passage, visionnez la démo du logiciel, c’est justement le meilleur exemple qu’on puisse donner ce ce que ça donne.

Concrètement quand on l’active, le logiciel surimpose un cadre en pointillés sur l’écran, qui s’affiche au-dessus de tout le reste. C’est parfois un peu perturbant d’ailleurs. On peut modifier la taille de ce cadre, jusqu’au plein écran. Quand on lance l’enregistrement, tout ce qui se passe à l’intérieur du cadre est enregistré en vidéo. On peut donc ainsi faire des démonstrations de n’importe quel logiciel, et alterner plusieurs applications complètement différentes. Parallèlement, on peut enregistrer dessus un commentaire audio (et probablement une musique d’ambiance si on le souhaite), ou inclure une vignette avec votre bobine parlant devant une cybercaméra.

Le logiciel produit ensuite un fichier vidéo que l’on peut télécharger et diffuser à sa guise. Donc la petite vidéo ainsi construite, nonobstant son volume qui n’est jamais anodin (compter 3 Mo par minute au minimum), peut être ajoutée à un site comme l’IZ ou celui d’un rectorat, comme montrée à l’écran dans une réunion présencielle d’ailleurs, mais ce n’est pas la chose à faire, sauf à titre de très courte illustration alors.

Et on peut utiliser quoi comme logiciel ?

Outre Screencast-o-Matic, il existe un nombre très important de possibilités, un site en a fait une relativement complète recension : http://reussirsaformationvideo.com/liste-de-79-logiciels-de-screencasts/

D’une manière générale, http://reussirsaformationvideo.com est une mine à creuser pour tous les participants à nos dispositifs de formation.

Recommandation de logiciel libre

Vous savez que je donne toujours la préférence à un logiciel libre. Sous Windows qui nous concerne jusqu’à nouvel ordre, je suis séduit par la facilité d’emploi et la puissance de Screencast Capture Lite, trouvé comme de coutume sur Framalibre. C’est sous licence GPL 3.0 (idéologiquement correct, à l’abri des malwares, publicités etc), téléchargement et installation légers.

Je l’utilise en mode "capture d’une zone", ce qui me laisse de la place en-dehors de la zone de capture pour aller chercher mes différents écrans : je passe d’un diaporama à l’utilisation d’une application, etc. Le résultat est très propre, contrairement à mes premières amours avec Screencast-o-Matic, ça ne se passe pas en ligne et on est pleinement autonome.

Pour éditer ses captures vidéo

On peut se contenter de Windows Movie Maker, mais c’est un pis-aller, avec une qualité d’image pas maîtrisée (ça peut être bon, mais il y a des règles non écrites à respecter !), et surtout un export non compatible avec PeerTube, cf. ci-dessous.

Le logiciel libre Shortcut, référencé par Framasoft, existant en version portable (pas d’installation, donc pas de trace de ce logiciel qui sert occasionnellement dans un PC comptable), donne toute satisfaction !

Et après, on en fait quoi de la vidéo ?

Jusque récemment, soit on la déplaçait sur clés USB, soit il fallait consentir à la confier à une plateforme internet pas cool du tout, environnée de publicités etc.

Mais en 2018, ça y est, il y a un moyen vraiment libre pour diffuser des vidéos en ligne : peertube ! Je vous invite à aller voir la chaîne de l’IZ.

Quels genres de films peut-on utilement ainsi créer ?

C’est un continent à découvrir. Quelques idées qui me paraissent intelligentes :

- utiliser le module d’approvisionnements de GFC
- idem avec les mémoires
- saisir sa première DBM
- une petite vidéo sur l’installation d’une mise à jour de GFC en réseau, pour ceux qui captent mal comment se connecter au serveur (en fait techniquement ça c’est pas sûr que ça soit possible à faire intégralement d’ailleurs)
- d’une manière générale, tous les modes d’emploi de logiciels : comment publier une page sur l’IZ, comment utiliser le registre de caisse automatique, balancer un marché sur l’AJI...
- une présentation du cofi par l’agent comptable qui n’a pas envie d’aller au CA de son établissement rattaché (nan j’déconne)

Bientôt des screencasts sur l’IZ ?

Peut-être. La difficulté, c’est qu’il n’est pas aisé de produire des vidéos qui soient correctement anonymes. Si je fais une démonstration de saisie de DBM pour les grands débutants, par exemple, ça sera difficile de ne pas le faire avec le nom de mon établissement partout sur l’écran. Et c’est ennuyeux.

Mais si je mets la main sur un logiciel de retouche d’image qui me permette de caviarder une vidéo après-coup, pourquoi pas ?

Les lecteurs de l’IZ intéressés sont priés ou bien de s’y coller et de proposer leurs films que je publierai avec le plus grand plaisir, ou bien au moins de décrire ci-dessous en commentaire les films qui leur paraîtraient utiles à produire (pour eux-mêmes, ou pour les débutants qu’ils ont été avec l’espoir que nos nouveaux collègues en bavent un peu moins).

Screencast ? Tu pourrais pas dire ça en français plutôt ?

J’’ai cherché sur Franceterme, mais ça n’a pas encore été proposé. Donc j’ai cité ce mot qui va nous manquer dans la boîte à idées. Bien entendu, je m’engage à rectifier cet article aussitôt qu’un mot adapté aura été défini.

Edit : le jour même une suggestion en québecois. Chapeau !

Messages