IntendanceZone

Parce que l’intendance, c’est la zone !

Accueil > Comptabilité > Sconet-GFE : vers la fin ?

Sconet-GFE : vers la fin ?

vendredi 10 novembre 2006, par L’intendant zonard

Ca y est, après les premiers avertissements -encore courtois- de syndicats, maintenant c’est spontanément de la base des collègues que la contestation cotnre l’horrible logiciel surgit.

L’occasion d’écrire ici ma ligne éditoriale en clair : oui l’administrateur de l’IZ est membre actif d’un syndicat ; non il ne vous embêtera pas avec. Les syndicats ont leurs propres moyens de communication, je n’ai pas vocation à les remplacer, encore moins à altérer l’accueil fait à mes propos en les plaçant sous une bannière qui déplaîrait à une partie des collègues.

De plus, l’IZ n’est pas un endroit où se fomentent des initiatives comme celle-ci contestant le travail d’un Rectorat ou d’une quelconque hiérarchie, mais elle en porte l’écho. D’où ce magnifique copier-coller auquel je n’ajoute pas de commentaire, d’un document destiné à être communiqué lors d’une prochaine réunion convoquée par notre Rectorat :

Mise à jour : cette motion a été reprise par au moins un syndicat depuis, et validée par le SPDEN (!). Elle a causé l’annulation des réunions évoquées.


MOTION

Nous constatons que l’outil de travail SCONET GFE imposé par le Rectorat de Créteil aux EPLE pour la gestion des droits constatés ne fonctionne pas.

La plupart d’entre nous n’a pas encore pu émettre les factures aux familles, ce qui met gravement en péril le fonctionnement des services de demi-pension .

Les dysfonctionnements suivants alourdissent considérablement nos conditions de travail :

- Lenteur des connexions informatiques sur des plages horaires imposées
- Nombreuses anomalies sur la base élève
- aucune formation sérieuse auprès des utilisateurs (possibilité de manipuler)
- aucun mode d’emploi simplifié diffusé
- Les messages SOS ou les mails sont lettres mortes voire effacées sans suite.
- etc.

Toutes ces difficultés rencontrées dans notre quotidien nous conduisent ce jour à exiger que des moyens humains et matériels soient mis à la disposition de la division informatique pour nous permettre de retrouver des conditions normales de travail.

Nous avons donc décidé de ne pas mettre en œuvre le dispositif d’évaluation des personnels ATOSS tant que ce problème ne sera pas réglé et sommes prêts à quitter cette assemblée si nous n’obtenons pas de réponse immédiate.


Naturellement si je publie cela veut dire que je ne désapprouve pas !