IntendanceZone

Parce que l’intendance, c’est la zone !

Accueil > Humour > L’intendance en chansons > Tout, tout, tout sur le cofi

Tout, tout, tout sur le cofi

dimanche 6 juillet 2014, par L’intendant zonard, wizzz

D’après la chanson de Pierre Perret (1974)


Perret Pierre - Le zizi

Afin de nous ôter toute anxiété
Ô gué, ô gué
On nous donne des cours d’comptabilité
Ô gué, ô gué
On apprend la vie secrète
Des angoissés du débet (-e)
Ou de ceux qui voient pas de fuite
A montrer leur 1068
Une formatrice très sympathique
Nous en explique toute la mécanique
Elle dit nous allons planter le décor
Ô gué, ô gué
De la partie double d´abord
Ô gué, ô gué
Elle s´approche du tableau noir
On va p´ têt´ enfin savoir
Quel est ce monstre sacré qui a donc tant de pouvoir
Et sans hésiter elle nous lance
Un compte en T et une balance

Refrain :

Tout tout tout
Vous saurez tout sur le cofi
Le vrai, le faux
Le laid, le beau
L’léger, le lourd
Qui fait un bruit sourd
Le gros touffu
Le p´tit mordu
Le grand débet
Les fonds pelés
Tout tout tout tout
Je vous dirai tout sur le cofi

Des cofis y´en a d´toutes les couleurs
Ô gué, ô gué
Des Greta aux mutualisateurs
Ô gué, ô gué
J´en ai vu des très poussifs
Dans le genre discursif
J´ai vu des CT voraces
Taper dans des fonds bonasses
Çui d´un comptable en détresse
Qui a jamais pu réunir ses pièces
Y a le cofi tout propre du blanchisseur
Ô gué, ô gué
Celui qui recycle le fric
Ô gué, ô gué
J´ai vu le cofi d´un SG
Avec son p´tit ruban violet
Qui juste en pleine ascension
Risque l’expropriation
Un lever de cofi à la bascule
Et celui du privé qui a un beau pécule

au refrain

Le cofi musclé chez le rentier
Ô gué, ô gué
Se reconnaît à son chapeau moiré
Ô gué, ô gué
J´ai vu le cofi affolant
D´un matheux hexavalent
Qui apprenait la marge fixe à ses petits-enfants
Le compte de mon copain Stanislas
Magnifique avec ses grandes liasses
J´ai vu le grand cofi d´un p´tit nouveau
Ô gué, ô gué
Qui fait ses noeuds les mains dans le dos
Ô gué, ô gué
Celui d´un ami breton
Qui l’a fait tomber du ponton
Et celui d´un affreux cossu
Qui gardait le trop-perçu
Celui d´un spécialiste d’la négligence
Qui clignotait à force d´urgence

au refrain

J´ai vu le p´tit cofi dans l’premier degré
Ô gué, ô gué
Qui est toujours au bord de l’inanité
Ô gué, ô gué
J´ai écrit des plaidoiries
Pour celui de mon mari
Avec celui d´un Chinois
J´ai dégagé des chèques en bois
Avec un cofi aux mœurs incertaines
J´ai même fait des tranches napolitaines

au refrain

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.