IntendanceZone

Parce que l’intendance, c’est la zone !

27 visiteurs en ce moment

Accueil > Gestion pure et dure > Gestion des bâtiments > Le robot qui lave les vitres : retour d’expérience

Le robot qui lave les vitres : retour d’expérience

mardi 13 février 2018, par L’intendant zonard

Au hasard de la navigation en ligne, j’ai découvert qu’on avait inventé une machine pour laver les vitres travaillant de manière autonome. J’ai creusé, ça m’a paru intéressant, mon chef m’a dit bingo pour tenter un achat, je l’ai mis entre les mains de mes ATTEE : ça marche, c’est génial, foncez !

Avertissement

Je n’ai pas du tout l’habitude de faire de la pub, cet article ne procède d’aucune forme de parrainage, j’écris sans aucune incitation de la part de la marque de l’appareil ici décrit.

[màj mai 2018 : j’ai trouvé une autre marque avec un appareil sensiblement proche, vendu à un prix comparable. https://www.darty.com/nav/achat/petit_electromenager/autres_aspirateurs_nettoyeurs/nettoyeur_vitre/ecovacs_winbot_w950.html : on attend le retour d’expérience des visiteurs de la Zone !]

Principe général de fonctionnement

L’appareil est petit, un carré de 25 cm de côté et 10 cm d’épaisseur environ. Le concept, c’est qu’il contient un aspirateur qui "colle" la machine à la vitre, quelle que soit la position, même à l’horizontale à l’envers. L’aspiration se fait à travers une frange qui essuie la saleté sur la vitre. La machine "tourne" toute seule sur la surface vitrée et au bout d’un certain temps, elle finit par avoir tout nettoyé.

C’est donc d’autant plus intéressant que vous avez de grandes surfaces vitrées : avec des fenêtres à la française en carreaux de 20 cm de côté, rien à faire.

Usage concret sur le terrain

Un ATTEE entre sans la salle de cours pour la nettoyer comme partout toujours. Il branche le hobot, le pose sur un premier carreau, lance le cycle à la télécommande, et il peut commencer son travail normal. Toutes les cinq minutes (enfin ça dépend de la taille des carreaux), il suffit de décrocher l’appareil puis le poser sur le carreau d’à-côté (ou sur l’autre face) et relancer un cycle.

Si la machine n’a pas eu le temps de tout nettoyer avant qu’il quitte la salle, pas grave, il reviendra le lendemain, et continuera le travail où il en était. Au bout d’une semaine, tout son service aura des vitres nettes, et ça lui aura demandé en guise d’effort de transporter l’appareil d’une salle à l’autre.

Et après ça c’est vraiment propre ?

C’est pas mal en tout cas. J’aurais tendance à dire que pour la propreté "zéro trace, zéro ombre" que l’on s’enquiquine à obtenir à la maison les jours de grand ménage de printemps, on n’y est pas. En particulier les trois derniers millimètres de chaque bord peuvent nécessiter une retouche manuelle pour les plus exigeants.

Mais garantir à un établissement scolaire des vitrages dignement propres et clairs partout, y compris dans des endroits difficiles d’accès, et ce sans effort, c’est extraordinaire, non ?

Nan mais t’as pas vu chez moi, y a une épaisse croûte de saleté sur chaque carreau

C’était le cas dans mon établissement, et à pas mal d’endroits. Il faut alors utiliser la lingette jaune en phase humide. J’ai essayé de faire comme prescrit par le mode d’emploi de la machine, en humidifiant la vitre avant de poser la machine dessus, et c’était peu fiable : très souvent c’était trop humide (ou trop sale !), et le hobot patinait sans pouvoir se déplacer sur le carreau.

Je pense avoir trouvé la manière idéale d’utiliser la machine sur des surfaces très sales : j’humidifie à l’avance la mop jaune, mais attention, avec deux cuillers à soupe d’eau sur une lingette entière, surtout pas plus ! Dans un cas de très grande saleté, il faudra simplement y revenir plusieurs fois en changeant la mop, et à force ça sera net.

Les chiffonnettes de nettoyage

Les "mops" sont donc de deux couleurs : les jaunes pour travail en phase humide sur des vitres très souillées, et les bleues à sec pour des surfaces à travers lesquelles la lumière passe encore. On les positionne sur le hobot par effet "scratch", et ça se change lorsque c’est trop sale. Dans le concret, elles se salissent sur les bords, et les coins en particulier.

Vue côté vitre

Les mops se lavent en machine à 40 °C, et ma recommandation, c’est d’en acheter immédiatement deux jeux de chaque couleur en plus de ceux fournis en standard : cela évite de devoir faire de tout petites lessives tout le temps.

C’est vraiment autonome ?

Quand on pose le Hobot sur un carreau, il va en faire le tour dans tous les sens, après que l’on ait demandé un cycle par la télécommande. On peut aussi déplacer l’appareil par la télécommande, ce qui est utile pour le rapprocher de l’endroit où l’on veut le reprendre en fin de travail. J’ai eu un ATTEE qui n’avait pas compris et croyait devoir toujours dire à la machine d’aller à droite puis en haut etc, mais le tir est vite rectifié.

Parfois on a envie de relancer un second cycle parce qu’il reste trop de traces, c’est un bouton à presser et c’est réglé. Sauf s’il faut changer la mop qui est trop chargée de souillures, bien entendu.

Sécurité d’emploi

La petite machine colle sur la vitre par la force de son aspirateur intégré. Si celui-ci s’arrête, elle tombe ! Il y a deux moyens de sécurité à cet égard :

  • l’appareil contient une petite batterie qui lui assure plusieurs minutes d’accrochage à la vitre en cas de rupture de son alimentation électrique (câble arraché, interruption secteur...). Évidemment, la machine s’arrête de se déplacer, et émet un signal sonore pour indiquer qu’il y a un problème.
  • une cordelette avec un mousqueton que l’on pourra accrocher à un tuyau de radiateur ou un meuble proche, pour éviter de tomber sur une tête imprudemment disponible l’étage en-dessous (notez que dans un tel cas je ne donne pas cher des vitres de l’étage en-dessous)
  • en fin de compte, la perspective la plus désagréable, c’est le risque de se faire faucher la bécane quand on nettoie avec les surfaces du hall

Nettoyage des endroits difficiles d’accès

Du moment que vous pouvez poser l’appareil sur un carreau, il pourra le nettoyer en entier. Pour une grande vitre qu’on ne pouvait pas faire correctement dans sa moitié haute, c’est super. Pour une vitre en position haute, c’est plus difficile, il faut a priori monter jusqu’en partie basse du carreau visé pour y poser la machine. On peut imaginer le poser avec une perche, mais c’est délicat, il faut aussi pouvoir l’éteindre pour le décrocher de la vitre en fin de travail.

Le contenu du carton

On n’élimine donc pas le fait de devoir se placer en hauteur ; en revanche on ne travaille plus en hauteur : l’opérateur monte l’escabeau, pose la machine et redescend aussitôt. Il pilote, au besoin, l’appareil par la télécommande, et ne remonte que pour le reprendre.

Appropriation par les ATTEE

C’est d’une parfaite simplicité d’usage, pas de problème de ce côté hormis le petit "coup de main" qui fait qu’on en tire le meilleur, assez vite chacun peut se saisir de la machine. Je note toutefois deux écueils à éviter :

  • les agents ne s’occupaient pas des vitres et ont l’angoisse d’un travail de plus : il faut leur dire que c’est d’abord une opportunité que leur secteur soit net partout et pas gâché par des vitrages sales. Ils comprendront vite que la propreté qu’ils maintiennent sera d’autant mieux respectée. Il n’est pas nécessaire d’utiliser le hobot systématiquement, simplement on marque des points, quand on le souhaite, sur la propreté des vitrages, qui progressera au rythme où l’on voudra bien.
  • laisser l’OP le premier regarder la bécane est une mauvaise idée : ça devient le truc technique pour ces messieurs de l’atelier, et qui fait peur à ces dames du ménage. Identifiez au contraire immédiatement un.e ATTEE susceptible de faire le premier test, ça sera souvent la personne que le chef d’établissement a choisi pour assurer l’entretien de son bureau...

Alors ça coûte combien ?

Aux dernières nouvelles, la dernière version avec l’option Bluetooth (pilotage par une appli dans le smartphone, dont l’utilité ne me semble pas radicale mais bon) est moins cher que la version initiale, à 450 € TTC. Pensez à prendre plusieurs jeux de mops de remplacement, pour pouvoir assurer beaucoup de travail entre deux lessives.

Dans mon établissement, le devis de lavage général des vitres est de 7k€. Faites le calcul ! Je pensais avoir assez vite de la demande pour un second appareil, mais on a largement le temps d’avoir fait le tour de tous les bâtiments avant de ressentir le besoin de repasser à un autre endroit, donc pour l’instant ça semble devoir en rester là.

Conditions d’achat

Je l’ai commandé en ligne sur le site du fabricant, et je n’ai pas rencontré de difficulté pour un achat au bon de commande administratif avec règlement par virement après livraison.

Signalé par un collègue sur le forum : le Hobot est vendu par une enseigne de grande distribution, pour seulement 249,00 € ! https://www.boulanger.com/ref/1101759# Attention toutefois, il semble qu’ils ne vendent pas les accessoires, et pour un usage comme le notre, il est très utile d’avoir plusieurs jeux de mops d’avance.


Voir en ligne : Robots Lave Vitre e.ziclean HOBOT SQUARE

Messages

  • Salut
    J’en ai acheté un pour les baies vitrée et les extérieurs des fenêtres du 2ème au 4ème étage. Excellent résultat, valorise le travail des agents tout en offrant un spectacle de qualité à la communauté éducative.
    Permet également d’occuper et de valoriser le travail d’un agent qui ne doit plus utiliser de manière répétitive ses membres supérieurs tout en limitant, pour tous, les risques de chute.
    Le coût d’achat et d’exploitation est ridiculement bas au regard des gains divers obtenus par ailleurs.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.