14 visiteurs en ce moment

IntendanceZone

Parce que l’intendance, c’est la zone !

Accueil > Informatique, outils logiciels > Sauvegardes > Principes généraux de la sauvegarde

Principes généraux de la sauvegarde

samedi 1er janvier 2005, par L’intendant zonard

1) Objectifs : la sauvegarde sert à nous protéger d’abord contre nos propres bêtises, accessoirement contre les pannes du matériel, les vols, les incendies et les virus informatiques. C’est important d’en avoir conscience pour bien la réaliser. A priori, le matériel informatique est beaucoup plus fiable que nous !

2) La notion de fiabilité selon le matériel : le matériel les plus fiables pour la sauvegarde sont présentés ci-dessous dans un classement du plus fiable au plus nul, de a) à z). Imprégnez-vous de cet hiérarchie pour imaginer comment concrètement vous allez procéder.

- a) Le disque dur de votre poste de travail
- b) Un autre disque dur (auquel on accède par le réseau)
- c) Un serveur quelque part sur l’Internet (par ex. en vous envoyant les fichiers sur un compte de courriel type Caramail ou Hotmail créé à cet effet)
- d) Un outil spécifique à la sauvegarde (bande, Zip ou autre dique dur externe de technologie raisonnablement récente)
- e) Un CD gravé
- f) Un CD gravé réinscriptible
- g) Un gadget à puce mémoire comme les "clés USB"

(...)

- x) Des cartes perforées
- y) La mémoire éléphantesque de ma tante Héloïse
- z) Des disquettes

3) Redondance, coûts et temps : Compte-tenu que la liste ci-dessus suppose qu’aucun de ces moyens de sauvegarde n’est parfait, il faudrait que vous en choisissiez deux ou moins. Personnellement, j’ai choisi mon disque dur, celui de ma secrétaire, et des CD réinscriptibles régulièrement, plus des CD à écriture unique de temps en temps.
Sachant qu’un graveur de CD coûte 50 €cus (soit 20 de plus qu’un lecteur CD tout bête), que le réseau est à peu près généralisé dans nos administrations et que les CD coûtent entre un et deux €cus, j’estime mon coût global des sauvegardes à environ 20 €cus par an, tout compris.
Mis à part le temps passé à rédiger des sites pour les collègues, mes opérations de sauvegarde me prennent deux minutes par jour, plus dix minutes tous les 15 jours pour faire de jolis CD. Ça représente encore un quart d’heure par semaine me direz-vous ? Ouuui, je sais que c’est beaucoup dans une intendance, mais auparavant avec les disquettes, vous vous rappelez le temps que ça prenait ? Vous ne le faisiez pas ? Alors vous avez eu des ennuis et vous appliquerez mes conseils sans sourciller. Vous n’avez pas eu d’ennuis tout de même ? S’il-vous-plait alors, merci de m’envoyer vos propositions de chiffres pour le loto !

4) Périodicité des sauvegardes  : je fais ici trois propositions. A vous de choisir entre : à chaque opération, tout le temps, ou trois fois par jour. Une fois ce choix stratégique opéré, vous constaterez l’importance d’utiliser des systèmes de sauvegarde simples et rapides.

5) Comment répliquer les sauvegardes : comme je le suggérais ci-dessus, l’endroit le plus fiable (bien que le plus exposé) pour mettre vos sauvegardes, c’est le disque dur de votre bécane, autrement dit c : (on est encore pour quelques temps sous des systèmes Micro$oft). Donc, toutes vos sauvegardes seront faites en principal dans, mettons, le répertoire créé à cet effet c :\sauvegardes par exemple.

Par la suite, vous pourrez tout simplement massivement copier le contenu de ce répertoire, via le réseau sur le disque d’une autre machine, ou sur une disquette Zip, ou en gravant un CD... Ça se fait avec l’Explorateur Windows et c’est très facile et très agréable, en quelques clics.

L’important est que vos sauvegardes soient cohérentes d’un support à l’autre, et qu’en cas de défaillance d’un outil, celui de secours vous permette de récupérer exactement la même chose que ce que vous avez perdu. Ça paraît simple, mais combien d’entre nous le faisons ?

6) Où ranger les sauvegardes : la bonne réponse est AILLEURS que sur le capot de la machine. Le coffre fort c’est pas mal, le bureau d’à côté ça peut aller, votre logement c’est encore ce qu’il y a de mieux. En effet, si vous subissez un incendie (ça arrive, c’est arrivé à une collègue a trois kilomètres de chez moi en 2003), autant avoir quelque chose un peu éloigné du sinistre, même si c’est de la semaine d’avant !

7) Combien de temps conserver les sauvegardes ? AU MOINS l’année budgétaire concernée complète, rédaction du COFI comprise. Imaginez : en février de l’année n+1, au moment d’emballer le compte financier, vous ne remettez plus la main sur la DBM pour info du mois de mars... Même si toutes les bascules (etc etc) sont passées, vous reprenez la sauvegarde de mars de l’année n, et vous réimprimez votre DM sauvagement : l’honneur est sauf, et ça vous prendra le temps d’imprimer plus une minute de manipulations.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.